• Publicité
  • Contact

Indice de la liberté économique : la Tunisie classée 117 éme sur 160 pays

23:09 24.11 2017


Indice de la liberté économique : la Tunisie  classée  117 éme  sur 160 pays

Indice de la liberté économique 

La Tunisie est classée au 117 ème rang sur 160 pays en terme d’indice de la liberté économique, selon le rapport « liberté économique pour l’année 2016», (selon les indicateurs de 2015), élaboré par l’Institut canadien Fraser.

Le classement de la liberté économique, présenté, vendredi, à Tunis, lors du forum sur la réalité de la liberté économique en Tunisie, repose sur plusieurs indicateurs dont la liberté du commerce international, la facilité d'accès aux prêts, l'organisation du travail,  la politique bancaire et la garantie des droits des investisseurs.

Le rapport a dévoilé la dégradation du classement de la Tunisie dans le domaine de la liberté économique pour les femmes où elle est classée 115éme à l’échelle mondiale. De même, la Tunisie a été classée 97ème dans la taille de l’État, 100 ème dans l’accès libre au commerce international,  63ème dans les réglementations du travail et 124 ème dans l’accès à une monnaie saine.

Le document montre, également, une régression de 4 points de la  productivité de la frange active dans la production pour la période (1991-2015) ce qui a entraîné une baisse de la contribution des hommes dans le cycle de production de 76% à moins de 72% contre une participation qui ne dépasse pas 25% pour les femmes.  

Le représentant résident en Tunisie de la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté, Ralf Erbel a indiqué que l’organisation de ce forum vise à diffuser les principes de la liberté dans le domaine économique, ajoutant que la réalisation de la prospérité et la croissance économique reste tributaire de l’ouverture et la libéralisation de l’économie.

Il a de même souligné que la liberté économique demeure nécessaire pour renforcer la croissance économique, faisant observer que le rôle des gouvernements à l’échelle mondiale a diminué progressivement pour  le compte de la création d'un climat des affaires propice à la croissance du secteur privé.

De son côté, le Directeur exécutif de l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE), Majdi Hassan a qualifié de « modeste » le classement de la Tunisie dans le  rapport de la liberté économique, mettant l’accent sur la nécessité de lever les obstacles administratifs pour les activités  du secteur privé dans l'investissement.

Le ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Laadhari a fait remarquer que l’ensemble des réformes législatives prises par le gouvernement y compris  l’adoption de la loi des finances reflète la volonté d'enlever toutes les barrières afin de permettre au secteur privé de créer des richesses et de  l'emploi.

Il a ajouté que le gouvernement prévoit de réduire au maximum le nombre des autorisations administratives afin d'ôter toutes les entraves à l'investissement dans divers secteurs.

Pour sa part, l’économiste, Ezzeddine Saidane a mis l'accent sur la nécessité pour le gouvernement de protéger les libertés économiques, de garantir la stabilité monétaire et de développer le code du change, en plus de la maitrise de l’inflation financière afin de ne pas bloquer la richesse et l'épargne auprès des entreprises privées.

Il a ajouté que  la liberté économique nécessite de garantir l'indépendance de la banque centrale, considérant que son domaine d’application en Tunisie reste en dessous des attentes des acteurs économiques





Voire tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués*

< p >A la une

15 compagnies aériennes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord signent un important accord de distribution sur 10 ans avec Amadeus

Voire plus »