• Publicité
  • Contact

L’allocution du gouverneur de la BCT A l’occasion du Lancement officiel de la courbe des taux des émissions souveraines domestiques Tunis

15:01 21.12 2017


L’allocution du gouverneur de la BCT A l’occasion du Lancement officiel de la courbe des taux des émissions souveraines domestiques Tunis

L’allocution du gouverneur de la BCT A l’occasion du Lancement officiel de la courbe des taux des émissions souveraines domestiques Tunis 

A l’occasion du Lancement officiel de la courbe des taux des émissions souveraines domestiques Tunis, le 21 décembre 2017 

Monsieur le Ministre des Finances,

Monsieur le Ministre Chargé du Suivi des Réformes Majeures,

Monsieur le représentant  de la BERD à Tunis,

Mesdames et Messieurs, les Présidents Directeurs Généraux et Directeurs Généraux des banques et des institutions financières,

Honorables invités,

C’est pour moi un réel plaisir de procéder aujourd’hui au lancement officiel de la courbe de taux des émissions souveraines domestiques, réalisation tant attendue par l’ensemble des acteurs de la place, vu l’importance d’une telle référence pour les banquiers, les assureurs, les caisses de retraites et autres gestionnaires de fonds pour la valorisation de leurs portefeuilles d’actifs, de passif, d’investissements et autres instruments financiers.

Je tiens au préalable à remercier la Banque Européenne de reconstruction et de développement, la BERD, représentée ici  par Monsieur Antoine Sallé de Chou , qui a bien voulu financer le projet de mise en place de cette courbe de taux dans le cadre d’une assistance technique  conclue, à cette fin, avec le Ministère des Finances.

Je tiens également à remercier le bureau d’étude tchèque « OGResearch » pour le sérieux et la rigueur dont il a fait preuve pour mener à  bon port ce projet, Je n’oublierai pas de remercier, bien entendu, les équipes techniques du Ministère des Finances, de Tunisie Clearing, du CMF, de la Banque centrale de Tunisie, des SVT et tous les autres acteurs qui ont contribué à la concrétisation de ce projet tant précieux pour nous tous, et dont les travaux de réalisation se sont étalés sur presque une année.

Mesdames et Messieurs

Aujourd’hui nous vivons ensemble un moment historique avec le lancement de la courbe de taux. Il s’agit en fait d’un vœu tant espéré par plusieurs générations de banquiers, de financiers et d’économistes pour disposer d’un outil associant à chaque échéance de placement ou d’emprunt un taux d’intérêt approprié, allant du jour le jour à des maturités de plus de quinze ans. En effet, une courbe de taux ou la structure par terme des taux d’intérêt sert pour les financiers à « pricer » ou  à valoriser une large palette d’actifs financiers : obligations, actions, titres de créances négociables, produits dérivés et aussi à tirer profit des opportunités d’arbitrage entre différentes échéances et divers marchés. Elle sert aussi à accroitre les transactions sur les marchés secondaires des titres de l’Etat, des titres négociables et aussi des instruments de couverture contre le risque de change, de taux d’intérêt voire même le risque de crédit. 

Pour les économistes, la courbe de taux servira à mieux lire les anticipations des marchés sur la trajectoire future des taux d’intérêt, sur les perspectives de croissance, d’inflation, etc.

C’est pour dire qu’il s’agit là d’une importante réalisation qui ne manquerait pas de renforcer le processus de modernisation du cadre de conduite de la politique monétaire dans lequel s’est engagée la Banque Centrale de Tunisie au cours des cinq dernières années, dans la mesure ou l’un des canaux de transmission des impulsions de  politique monétaire est le marché financier.

Parallèlement, la Banque Centrale de Tunisie s’est aussi engagée dans un ambitieux programme de modernisation du secteur bancaire, après la promulgation de la loi n°2016-48, visant à accroître sa solidité, sa compétitivité  et sa capacité de résilience face aux multiples  chocs auxquels il peut faire face à l’avenir.

Notre conviction est qu’il ne peut y avoir un marché financier développé permettant l’allocation optimale des ressources sans l’existence d’un secteur bancaire solide, créatif  et réactif. Notre système bancaire a intérêt à sortir des sentiers battus, en privilégiant les solutions de facilité dans la facturation du risque, dans l’octroi du crédit ou dans la rémunération des dépôts. Aujourd’hui, avec l’existence de nouvelles références de taux  d’intérêt, le TUNIBOR pour les taux courts et la courbe des taux pour les échéance longues, les banques de la place doivent proposer à leur clientèle de nouveaux modes de facturation des crédits et de rémunération des dépôts en mettant fin à l’utilisation du TMM.

Faut-il rappeler dans ce contexte que Le « TUNIBOR » qui n’est pour le moment qu’une synthèse des cotations indicatives fournies quotidiennement par les banques, traduira  dans la période à venir la moyenne des taux d’intérêt des  transactions réelles d’échange de liquidités entre les banques actives sur le marché interbancaire en dinar, sur différentes maturités allant de l’overnight jusqu’à l’échéance de 12 mois.

En effet le TMM, malgré le contenu informatif dont il bénéficie, a montré certaines insuffisances. Il a jusqu’ici traduit l’évolution des taux interbancaires quotidiens tels qu’ils ressortent de la position de liquidité des banques, sans se soucier du risque de contrepartie, faut-il le dire, étant donné que la Banque centrale est tout le temps présente sur le marché pour apporter l’appoint nécessaire et réguler le marché.

Ce métier de régulateur n’empêche pas que la finance moderne, est aussi au cœur du central banking et repose pleinement sur une appréhension du risque. De ce fait,  toutes les composantes des marchés des capitaux doivent traduire une perception du risque qu’on peut aisément extraire du pricing ; d’où l’idée de mettre en place cette courbe de taux, étape indispensable dans le processus de modernisation du marché financier.

Grâce à cette courbe de taux, les investisseurs en quête de rentabilité, pourraient former à leur tour d’autres références, ce qui ne ferait que le rôle de celle-ci dans le benchmarking.

Dans le même sillage, la réforme du marché des titres de créances négociables, a été engagée et  est en cours de finalisation, pour mettre fin au dysfonctionnement  de ce marché, en l’occurrence la pratique de la surenchère sur les taux offerts aux  gros déposants.

Je voudrais saisir cette opportunité pour insister sur la nécessité, pour nous tous, de moderniser ce marché et améliorer les mécanismes d‘échange de liquidités qui le régissent pour éviter les pratiques contraires aux règles de transparence et de concurrence saines..  

Mesdames et Messieurs

Je demeure persuadé que l’implémentation d’une courbe des taux de place constitue le pilier du développement futur des marchés de capitaux et de leur modernisation afin de s’aligner sur les meilleures pratiques internationales.

Mesdames et Messieurs

Au regard de la conduite de la politique monétaire et de son efficacité, je voudrais mettre l’accent sur le rôle combien important que peut jouer la courbe de taux dans l’analyse de la structure par terme des taux servant ainsi d’appui important pour la Banque Centrale pour mener sa politique monétaire avec une meilleure efficacité. En effet, on ne peut pas réussir une transmission fluide des impulsions de la politique monétaire sans un système bancaire pouvant anticiper les orientations futures des marchés financiers, pour les intégrer dans les conditions d’échange de liquidités sur le marché monétaire.

Il n’en demeure pas moins vrai qu’une telle  courbe  constitue un outil fondamental pour les institutions financières dans leur gestion actif-passif en vue d’estimer les risques financiers et de fixer les marges d’intérêts. Ce n’est qu’à ces conditions qu’on pourrait espérer  l’émergence d’un marché des produits dérivés et le renforcement de notre système financier tout entier, ouvrant la voie à une plus grande libéralisation financière. Ce sont là quelques réflexions que j’ai voulu partager avec vous. Je voudrais profiter de cette occasion pour  saluer,  la présence de ce large public de professionnels et d’universitaires qui ne manqueraient pas d’enrichir les discussions et les débats et d’approfondir les réflexions sur l’implémentation de cette nouvelle courbe.

Je vous remercie pour votre attention et vous souhaite la pleine réussite dans la suite de vos travaux.





Voire tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués*

< p >Sous le zoom

Hachem Hmidi : La Tunisie obligée d’importer la moitié de ses besoins en énergie au cours de l’année 2017

Voire plus »