• Publicité
  • Contact

Airbus BizLab débute sa troisième saison : une start-up nigériane parmi les 12 entreprises sélectionnées

12:26 12.07 2017


Airbus BizLab débute sa troisième saison : une start-up nigériane parmi les 12 entreprises sélectionnées

 Airbus BizLab débute sa troisième saison : une start-up nigériane parmi les 12 entreprises sélectionnées

  • Une start-up nigériane parmi les douze start-ups internationales sélectionnées dans le secteur aérospatial.  
  • Airbus BizLab a annoncé un nombre record de candidatures.

L'accélérateur de start-up Airbus BizLab a accueilli douze nouvelles start-ups pour une période de six mois sur ses sites de Hambourg et de Toulouse, où elles pourront peaufiner leurs idées pour l'industrie aérospatiale.

Parmi les douze start-up sélectionnées, Aerial Industries, une start-up nigériane qui développe des drones de haute performance pour la pulvérisation des cultures dans les exploitations agricoles des pays en développement. «Notre technologie est plus rapide, moins chère et plus précise que les tracteurs. De plus, comparativement aux méthodes traditionnelles, notre technologie utilise moins de produits chimiques, ce qui la rend plus respectueuse de l'environnement et moins dangereuse pour les travailleurs agricoles, » explique son PDG, Ndubisi Arinze Eze.

« Être pris sous l'aile d'Airbus BizLab est une excellente opportunité pour nous. Cela nous donne accès à l'incroyable expertise d'Airbus dans la technologie des drones ainsi qu’une visibilité mondiale qui nous aidera à nous positionner vis-à-vis de nos futurs marchés et partenaires. »

L'accélérateur adopte une approche hybride, réunissant des start-up externes et des "intrapreneurs" basés à Airbus, qui travailleront ensemble pour s'assurer qu’il sera possible de commercialiser leurs innovations. Le fait d’être acceptées dans le programme permet à ces nouvelles start-ups de rejoindre un groupe illustre de 56 start-ups et projets ayant déjà suivi ce programme avec succès.

“Nous avons été véritablement surpris par le nombre considérable de candidatures”, explique Bruno Gutierres, Head of Airbus BizLab. “Cette année, nous avons reçu des candidatures en provenance du monde entier et nous avons été en contact avec plus de 2 000 start-ups intéressées”. Les entreprises sélectionnées sont originaires de neuf pays différents, du Vietnam au Nigeria, elles couvrent un large éventail de sujets, allant du Big Data aux drones et à la robotique. La diversité du groupe de cette saison n'est pas due au hasard : “Cette fois-ci, nous avons délibérément visé des start-ups n'ayant pas de lien direct avec l'industrie aérospatiale mais développant des idées porteuses d’un immense potentiel pour notre industrie”, a souligné Bruno Gutierres.

Airbus BizLab débute sa troisième saison : une start-up nigériane parmi les 12 entreprises sélectionnées

De l'inédit pour cette saison : aux côtés des start-ups de l'industrie aérospatiale, pour la toute première fois, des candidats affichant une approche humanitaire pouvaient également postuler dans le cadre de l'"Humanitarian Challenge". Andrea Debbane, Executive Director de la Fondation Airbus, a expliqué : “Nous ne cessons d’être émerveillés par certaines des solutions innovantes développées par les personnels de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour répondre aux défis auxquels ils sont confrontés dans leurs propres organisations.”

Le BizLab fait partie intégrante de la stratégie d'innovation d'Airbus. En tant que tel, il sert d’incubateur de nouvelles idées dans l'industrie aérospatiale. Au cours du programme, les start-ups réalisent tout d'abord une phase d'accélération de six mois, en se concentrant sur des compétences telles que le modèle d'entreprise, la faisabilité technique et la compétence des équipes. La première phase se clôture par une journée de démonstration (“Demo Day”), au cours de laquelle les créateurs d'entreprise ont la possibilité de présenter leurs start-ups à la direction, aux investisseurs et aux partenaires industriels d'Airbus. Les jeunes entreprises ont ainsi la possibilité d'être pleinement intégrées dans une entreprise mondiale dès le départ.





Voire tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués*

< p >Sous le zoom

Chalghoum : L'inscription de la Tunisie dans la blacklist des paradis fiscaux n'illustre pas le niveau de partenariat avec l'UE

Voire plus »