• Publicité
  • Contact

La Tunisie choisie capitale de la femme arabe 2018/2019

21:52 03.01 2018


La Tunisie choisie capitale de la femme arabe 2018/2019

La Tunisie choisie capitale de la femme arabe 2018/2019 

La Tunisie a été choisie, jeudi, capitale de la femme arabe 2018/2019, en marge des réunions de la 37e session de la commission de la femme arabe qui se tient, du 28 février au 2 mars 2018 à Gammarth sous le signe "La femme pour des sociétés sûres dans la région arabe".

Les réunions de la 37e session de la commission de la femme arabe qui se déroulent avec la participation de 11 ministres arabes chargées de l'autonomisation de la femme ainsi que des présidents des mécanismes et des commissions chargées des affaires de la femme dans les pays membres et des organisations régionales et internationales concernées s'inscrivent dans le cadre de la célébration, le 8 mars, de la fête internationale des femmes et de l'intérêt accordé par la ligue de la femme arabe aux droits de l'homme et à l'autonomisation de la femme.

La ministre de la Femme, de la Famille, de l'Enfance et des personnes âgés, Néziha Laabidi a mis l'accent sur l'importance de voir la Tunisie présider la commission de la femme arabe et d'être choisie par la ligue arabe, capitale de la femme arabe pour 2018/2019. Il s'agit, a-telle dit, d'une reconnaissance des efforts déployés par le pays pour promouvoir les conditions de la femme en général et de l'évolution des textes législatifs en comparaison avec les autres pays arabes.

Elle a, à cet égard, rappelé les nouveaux acquis de la femme tunisienne dont, notamment, l'activation de la loi contre la violence à l'égard des femmes, la création d'une ligne verte pour les femmes victimes de violence et la création de centres d'hébergement pour les femmes violentées, en attendant le lancement d'un observatoire pour surveiller la situation des femmes victimes de violence.

Dans ce contexte, la ministre a souligné que les questions qui seront examinées en partenariat avec la commission de la femme arabe au cours de 2018, portent sur "les sociétés sûres et le rôle de la femme dans ces sociétés" surtout à la lumière des conflits armés qui secouent certains pays arabes et du déplacement forcé qui en résulte ainsi que sur "les femmes dans des situations fragiles" telles que les détenues, les femmes dans les zones rurales et les femmes qui ont quitté l'école.

La directrice du Département de la femme, de la famille et de l'enfance à la Ligue arabe, Inas Sayed Mekkawi, a salué les efforts déployés par la commission de la femme arabe pour unifier les actions, assurer la coordination entre les États arabes pour l'élaboration de stratégies et de plans d'action et faire la lumière sur les questions les plus importantes dans le domaine de l'autonomisation et de la protection des femmes, en particulier à cette étape délicate de l'histoire des pays arabes caractérisée par des conflits armés et la monté du terrorisme.

Elle a fait savoir que l'ordre du jour de la commission de la femme arabe comporte des sujets importants en rapport avec la stratégie arabe de protection des femmes réfugiées contre la violence en général et la violence sexuelle en particulier et la stratégie arabe relative à la lutte contre la violence faites aux femmes.

Il s'agit, aussi, a-t-elle dit, de discuter du plan d'action du réseau arabe pour l'autonomisation économique des femmes (Khadija), de la mise en œuvre de l'agenda du développement durable et de celui de la femme, de la sécurité et de la paix et du rôle de la femme dans la lutte contre le terrorisme.





Voire tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués*

< p >Sous le zoom

Un centre roumain de la culture et des sciences ouvrira ses portes à Tunis à partir de la prochaine rentrée universitaire

Voire plus »