• Publicité
  • Contact

Hassen Zargouni les chiffres du jour ‘’Walakom sadid ennadhar’’

11:49 04.12 2016


Hassen-Zargouni-les-chiffres-du-jour-Walakom-sadid-ennadhar-plumeseconomiques

Comme chaque fois Hassen Zargouni, DG Sigma Conseil, poste sur son profil Facebook les chiffres du jour afin de sensibiliser les gens et des fois pour critiquer à sa façon l’existant, ayant comme rubrique ‘’ Walakom sadid ennadhar’’.

Cette fois, M. Zargouni met le zoom sur l'employabilité entre le secteur privé et étatique, la contribution des deux secteurs en Tunisie et ce qu'ils assurent en termes de besoin économique pour le pays...

‘’Chiffre du jour : En 2015, le secteur privé en Tunisie a occupé 1.5 millions de travailleurs, le tiers sous forme d'auto emploi et le reste des travailleurs salariés formels, et ce sans compter le travail agricole (près de 500 000 emplois en intermittence) et l'informel.

Le secteur privé a contribué en 2015 à l'alimentation des ressources du budget de l'Etat à hauteur de 63%, soit directement à travers le paiement de l'impôt sur les sociétés (18%), soit indirectement à travers la collecte de la TVA (29%) et le paiement des salaires (IRPP=15%).

Le secteur privé assure 62% (23 milliards de dinars) des recettes courantes de la Tunisie et 82% du total de ses exportations (20 milliards de dinars).

Le secteur privé a pris la relève de l'Etat en matière de développement du pays : Il emploie, il alimente le budget de l'Etat et il exporte.

Le rôle de l'Etat est de créer les conditions idoines pour l'investissement et la création de valeur et de postes d'emplois dans des entreprises compétitives, par une justice indépendante, une sécurité républicaine, un système de développement humain efficace (éducation, santé et couverture sociale), et des infrastructures numériques et physiques adaptées. Des instances de régulations telles que la BCT, l'INT, le CMF... et d'autres qui pourraient être crées afin de réguler l'activité économique sectorielle. L'Etat donnera les orientations générales pour animer le développement.

Libérer les énergies, encourager les initiatives privées, l'entrepreneuriat, et améliorer le climat de l'investissement, tels seraient les actions à mener par l'Etat.

Les entreprises doivent s'acquitter de leur dû fiscal, social, environnement et citoyen, à sa juste valeur pour un développement durable et harmonieux, une croissance inclusive et une économie positive.’’





Voire tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués*

< p >Sous le zoom

La Tunisie à la 5 e position dans le classement des pays africains par indice de qualité de l’air

Voire plus »