Plumes économiques
Plumes Economiques

Démarrage du projet de télémédecine dans plusieurs hôpitaux

0

Démarrage du projet de télémédecine dans plusieurs hôpitaux

La ministre de la santé par intérim, Sonia Becheikh a annoncé, mardi, le démarrage du projet de  » télémédecine » qui sera réalisé,  dans une première phase, à l’hôpital de la Rabta, aux  hôpitaux régionaux  de Jendouba et de Tozeur, au centre de traumatologie et des grands brulés à Ben Arous, à l’hôpital Habib Thameur,  et sera généralisé par la suite dans tous les hôpitaux publics.

« Le système de prise de rendez vous à distance sera opérationnel au cours du mois d’avril, dans 12 hôpitaux publics, et s’étendra à tous les hôpitaux à partir de juillet 2019 », a-t-elle précisé, lors d’une journée d’étude sur la gouvernance du secteur de la santé, organisée à l’initiative de l’instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) en partenariat avec  l’Union des magistrats de la cour des comptes,  avec l’appui de la fondation hanns seidel stiftung. 

Elle a assuré que 32 mesures ont été adoptées lors d’un conseil des ministres tenu récemment au profit de ce secteur dont 14 seulement annoncées;  signalant que le ministère de la santé  a tenu compte des recommandations issues de la cour des comptes et de l’INLUCC.

La ministre a affirmé qu’une enveloppe de 80 MD sera consacrée à la modernisation du système informatique des hôpitaux notamment  la numérisation du dossier médical  dans les établissements hospitaliers publics qui permettra de maitriser le coût des médicaments, à hauteur de 30 pc de leur budget et une meilleure  gestion des laboratoires.

Par ailleurs, Becheikh a indiqué que  600 centres de santé de base bénéficieront de l’ infrastructure  informatique au cours de 2019.

Cette infrastructure   permettra de rapprocher les services sanitaires et s’étendra à toutes les structures sanitaires au cours de 2020 -2021 moyennant un budget de 15 MD, a- t-elle précisé,  rappelant l’élaboration d’un  projet de loi sur la protection des malades et la responsabilité médicale, un projet de décret sur le régime des études médicales, outre  le renforcement des ressources humaines au sein des directions régionales de la santé et la délégation du pouvoir de signature des décisions disciplinaires aux directeurs des établissements hospitaliers.

« Le projet pilote, baptisé  ilots d’intégrité dans le secteur de la santé,  illustre la volonté du ministère à lutter contre la corruption » a-t-elle affirmé. 

Il englobe trois établissements hospitaliers à savoir la Rabta ( Tunis), l’hôpital régional de Jendouba et Hôpital Sadok Mokaddem (Djerba). Le champ d’intervention dans ces hôpitaux a été fixé  par ordre de priorité :  le système informatique, la comptabilité analytique et les programmes de formation en faveur des cadres administratifs et du personnel médical et paramédical dans le domaine de gestion des risques de corruption dans le secteur des services sanitaires et  des médicaments.

De son coté, le député Souheil Alouini a mis l’accent sur la nécessité d’œuvrer,  dans le cadre d’une action participative, au renforcement du contrôle de la qualité des services dans les hôpitaux, à l’usage de l’identifiant unique dans  les établissements hospitaliers en vue d’assurer la gouvernance du secteur de la santé.

Par ailleurs,  le premier président de la cour des comptes Néjib Ktari et la présidente de l’union des magistrats de la cour des comptes, Fatma Kort  ont relevé que les manquements et défaillances du secteur de la santé ont été évoqués dans les rapports de la cour des comptes. « Les recommandations issues de ces rapports n’ont pas été  prises en compte » ont-ils déploré.   

Lire aussi:

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Plumes Economiques