Plumes économiques
Plumes Economiques

L’ancien directeur de GIAL a touché 1.250 euros par jour de 2008 à 2015

0

L’ancien directeur de GIAL a touché 1.250 euros par jour de 2008 à 2015

L'ancien directeur de GIAL a touché 1.250 euros par jour de 2008 à 2015 

Selon Express live, Michel Leroy n’est pas le seul à avoir profité de rémunérations élevées au sein de GIAL, l’ASBL qui gère le réseau informatique bruxellois. Ce jeudi, la RTBF révèle que Jean-Marc Goeders, le directeur général de 2008 à 2015, a touché 1.250 euros par jour et ce pendant toute la durée de son mandat. 

Le cas de Michel Leroy à l’ASBL GIAL qui s’occupe du réseau informatique bruxellois n’est visiblement pas un cas isolé. Selon la RTBF, l’ingénieur n’est pas le seul à avoir bénéficié d’un salaire exorbitant. En effet, l’ancien directeur général de l’ASBL Jean-Marc Goeders a touché la bagatelle de 1.250 euros par jour de 2008 à 2015. En plus de cette rémunération, son statut pose problème: il avait un contrat d’indépendant alors qu’il s’agissait du directeur général… Étrange.

Tout commence en 2007

Alors comment est-ce possible? Pour comprendre, il faut remonter à l’année 2007. Cette année-là, GIAL sortait d’un scandale de fraude et il a fallu faire le ménage au sein de l’ASBL. Le collège communal bruxellois procède alors à une séance de recrutement. Via une procédure d’assessment, une méthode d’évaluation de personnes basée sur la mise en situation, Jean-Marc Goeders est nommé à la tête de l’ASBL.

Ensuite, des négociations ont eu lieu entre cabinets d’avocats qui ont débouché sur une convention de management. Les salaires sont fixés et dictés par « les prix du marché ». Ainsi, à partir 2008, Goeders sera payé 1.250 euros par jour en tant qu’indépendant. Mais au-delà du salaire très confortable, c’est le statut d’indépendant qui pose problème.

« Quand je découvre la situation en tant qu’échevine en 2006, il y a en effet 10 personnes sous contrat d’indépendant chez GIAL » explique Karine Lalieux (PS) pour la RTBF. Au fur et à mesure, l’ASBL va mettre fin à ces contrats car ils posent réellement problème. Au final, il ne reste que deux contrats du genre: ceux de Jean-Marc Goeders et Michel Leroy.

commentaires
Loading...