Plumes économiques
Plumes Economiques

GSMA: Les opérateurs de téléphonie mobile au Moyen-Orient à la tête d’un leadership mondial de la cinquième génération

0

GSMA: Les opérateurs de téléphonie mobile au Moyen-Orient à la tête d’un leadership mondial de la cinquième génération

Les opérateurs de téléphonie mobile du GCC sont prêts pour le lancement commercial de la cinquième génération en 2019; un environnement réglementaire propice et une disponibilité du spectre sont essentiels pour l’adoption de la technologie de cinquième génération dans la région.

Selon deux nouveaux rapports publiés aujourd’hui lors de la conférence Mobile 360 Series – MENA, les États arabes membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG)[1] sont prévus de devenir des leaders mondiaux dans le déploiement des réseaux de cinquième génération, alors que six marchés sont prévus de lancer au plan commercial des services mobiles de cinquième génération au cours des deux prochaines années. Les rapports de la GSMA Intelligenceintitulés « L’économie de la téléphonie mobile: le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord 2018″[2] et « La cinquième génération dans la région MENA: les opérateurs de téléphonie mobileduCCG à la tête d’un leadership mondial«  – soulignent que les opérateurs de téléphonie mobile pionniers dans les États arabes membres du CCG sont prévus de lancer des réseaux de cinquième génération à partir de l’année 2019. Ce qui permet ainsi de créer de nouveaux services innovants dans la région et stimuler la croissance dans l’avenir. En 2025, la technologie de cinquième génération représentera 16% du total des connections sur ces marchés.

« Grâce à un appui gouvernemental proactif, les opérateurs de téléphonie mobile, en particulier ceux dans les États arabes membres du CCG, ont rapidement établi les bases d’un leadership mondial pour le déploiement de la technologie de cinquième génération, passant rapidement des essais à la commercialisation », a déclaré John Giusti, chef de la réglementation à la GSMA. « Même si nous sommes encouragés par les progrès réalisés à ce jour, il est impératif que les gouvernements de la région créent un environnement réglementaire qui permet à la cinquième génération de prospérer, y compris la libération d’une quantité suffisante du spectre, afin que les entreprises et les citoyens puissent pleinement profiter des nouveaux services innovants qu’elle offrira, et des avantages socio-économiques qui en résultent ». 

La politique essentielle pour l’avenir numérique de la cinquième génération

Ces rapports encouragent les décideurs politiques à établir des feuilles de route du spectre, qui s’engagent à libérer des quantités suffisantes du spectre sur toutes les gammes de fréquences pour permettre aux opérateurs de répondre aux besoins de la couverture et de la capacité. Ils notent en outre que les gouvernements devraient mettre en œuvre des politiques fiscales susceptibles d’améliorer l’accessibilité, favoriser l’inclusion numérique, et adopter une approche de renouvellement des licences permettant aux opérateurs de prendre des décisions d’investissement à long terme plutôt que de maximiser les recettes publiques.

Une région de croissance rapide en nombre d’abonnés et une adoption croissante des smartphones

Il existe actuellement 381 millions d’abonnés mobiles uniques (pour le second trimestre de l’année 2018) dans la région MENA, représentant ainsi 64% de la population[3]. Cependant, il s’agit d’une région diversifiée en termes de maturité du marché, rassemblant les États arabes développés membres du CCG, où 77% de la population sont en moyenne des abonnés mobiles, aux côtés d’autres pays d’Afrique du Nord tels que les Comores, Djibouti et la Somalie, où le taux de pénétration des abonnés est inférieur à 30% [4]. Entre 2017 et 2025, la région MENA dans son ensemble témoignera la croissance la plus rapide en nombre d’abonnés par rapport à toutes les régions à l’exception de l’Afrique subsaharienne, pour atteindre 459 millions d’abonnés, soit 69% de la population totale.

Le nombre de connections par smartphone s’est élevé dans la région MENA à 332 millions à partir du deuxième trimestre de l’année 2018, représentant ainsi plus de 50% du total des connections dans la région. Ce taux est prévu de continuer sa croissance d’un taux annuel moyen de 8% pour atteindre 587 millions de connections par smartphone d’ici 2025, soit moins des trois quarts du nombre total des connections dans la région MENA. Les Emirats Arabes Unis demeurent un leader mondial en termes d’adoption de smartphones, succédant la Singapour, avec un taux représentant 85% du total des connections. L’usage élevé des réseaux mobiles haut débit et l’adoption des smartphones ont incité davantage de personnes dans la région à utiliser les services de données tels que la messagerie vocale sur téléphone IP, et d’avoir recours à leur téléphone portable pour regarder des vidéos sur Internet.

Le divertissement numérique immersif présente des opportunités enrecettes au début de l’ère de la cinquième génération

Les rapports mettent l’accent sur la manière selon laquelle les opérateurs proposeront des services mobiles haut débit améliorés lors des déploiements précoces de la technologie de cinquième génération, tandis que les applications et les services destinés aux entreprises seront introduits ultérieurement. Les opérateurs pourront désormais profiter de nombreuses opportunités grâce aux nouveaux services destinés aux consommateurs, tels que la réalité immersive, les sports électroniques et le divertissement numérique amélioré sur site, dans les stades et les salles de concert, par exemple. De plus, la consommation du contenu vidéo sur les téléphones mobiles évoluera pour inclure de nouvelles applications de réalité augmentée et de réalité virtuelle, qui rendront le contenu encore plus immersif et intensif en données.

L’industrie de téléphonie mobile contribue à l’accroissement des emplois et à la croissance économique

En 2017, l’industrie de téléphonie mobile a injecté environ 165 milliards de dollars dans l’économie de la région MENA, soit 4% du PIB. Cette contribution est prévued’augmenter à plus de 200 milliards de dollars d’ici 2022, alors que les pays de la région profitent des améliorations de la productivité et de l’efficacité résultant de l’utilisation accrue des services mobiles. L’écosystème mobile a également généré plus d’un million d’emplois en 2017, impliquant les travailleurs directement employés dans l’écosystème, ainsi que les emplois indirectement soutenus par l’activité économique générée par le secteur. En outre, le secteur de téléphonie mobile a largement contribué au financement du secteur public; plus de 17 milliards de dollars ont été collectés en 2017 sous forme de taxes générales.

Pour avoir accès au rapport « L’économie de la téléphonie mobile: Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord 2018 » et aux infographies associées, veuillez consulter le lien électronique suivant: https://www.gsma.com/mobileeconomy/mena/. Pour avoir accès au rapport « La cinquième génération dans la région MENA: Les opérateurs de téléphonie mobile du GCC à la tête du leadership mondial », veuillezcliquer ici: https://www.gsmaintelligence.com/research/?file=41a57dc7d3baad611133be7deb481930&download

Note :

[1]Les États arabes du CCG comprennentl’Arabie saoudite, les Émirats Arabes Unis, le Bahreïn, le Koweït, l’Oman et le Qatar

[2]La région MENA comprend 25 pays (source: la GSMA Intelligence): l’Algérie, le Bahreïn, les Comores, le Djibouti, l’Égypte, l’Iran, l’Irak, Israël, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, la Mauritanie, le Maroc, l’Oman, la Palestine, le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Somalie, le Soudan, la Syrie, la Tunisie, la Turquie, les Émirats Arabes Unis et le Yémen. L’Afrique du Nord comprend: l’Algérie, l’Egypte, la Libye, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie.

[3]Les abonnés mobiles uniques peuvent représenter plusieurs connexions. Le nombre total de connexions mobiles (cartes SIM actives, à l’exception de l’internet des Objets sur réseaux cellulaires sous licence) dans la région MENA s’élevait à 634 millions en 2017, et il est prévu d’atteindre 791 millions d’ici 2025.

[4]Autres États arabes comprennent : les Comores, le Djibouti, l’Irak, la Jordanie, le Liban, la Palestine, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen.

commentaires
Loading...