Sukuks islamiques remplacent-ils les emprunts obligatiares

Sukuk2Le président directeur général du groupe ”COMETE Engeneering” (bureau d’études pluridisciplinaire”, Radhi Meddeb a indiqué que l’accès de la Tunisie aux marchés des sukuks islamiques pour financer le budget de l’Etat pour l’exercice 2013 “ne veut pas dire, certainement, qu’elle va  bénéficier de meilleures conditions que celles offertes par les marchés traditionnels”.

Le gouvernement tunisien avait annoncé qu’il “aura recours aux sukuks islamiques pour financer, en mobilisant un montant de 1000 millions dedinars, le budget de l’Etat pour l’exercice 2013″, sans préciser, toutefois, les projets pour lesquels seront destinés ces ressourcesfinancières.

“Ces sukuks islamiques vont coûter à l’Etat, d’après Radhi Meddeb également fondateur et dirigeant de “Arab Leasing International (Arabie Saoudite) et “Algerian Saudi Leasing” (Luxembourg), des intérêts dont les valeurs dépasseront les taux d’intérêts appliqués sur les marchés traditionnels.

Dans une interview,  M.Meddeb à expliqué que l’élaboration des sukuks se fait de la même manière que les emprunts obligataires traditionnels sauf que les sukuks sont destinés aux marchés de la finance islamique, notamment, ceux du Golfe.

Les sukuks tels que définis par les spécialistes sont des obligations ou titres de créances appuyés par “des actifs structurés et profitant à leurs détenteurs” conformément à la loi islamique “la Chariâa” et qui peuvent être échangés sur les marchés.

Les sukuks islamiques de l’Etat sont des titres de créances émis par des diverses parties bénéficiaires, représentées ou mandatés par le Ministère des finances.

Ces titres sont fondés sur une base légale et sont commercialisés à travers les banques et les sociétés financières intermédiaires à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Etat. Ils sont émis à moyen ou à long terme. D’après M. Meddeb la qualité des investisseurs sur ces marchés de sukuks cherchent, en réalité, à investir dans des projets à moindre risques “malgré qu’ils ne sont pas, à l’apparence, partisans des taux d’intérêts, appelés en arabe “riba”, gain illicite en islam et qu’ils disent être prêts à participer aux pertes commes aux gains.

Ces investisseurs préfèrent, a-t-il dit, des projets gagnants qui seront porteurs de bénéfices dépassant ou équivalant ceux générés par les marchés traditionnels qui appliquent les taux d’intérêt.

Dans le même contexte, M.Meddeb a indiqué que “la note de souveraineté baissée de la Tunisie et le manque de visibilité à long terme sont de nature à augmenter le coût de l’investissement dans le pays, ce qui est de nature à augmenter le coût de la dette que ce soit sur le marché traditionnel ou les marchés de la finance islamique”.

Toutefois, le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Chedly Ayari estime que les sukuks islamiques ont plusieurs avantages dans la mesure où ils offrent une base et une catégorie stable d’investisseurs.

Intervenant à la clôture des travaux de la commission nationale chargée du développement des lois régissant la finance islamique en Tunisie, M.Ayari avait appelé à accélérer l’élaboration d’un cadre législatif pour organiser ces nouveaux instruments de finance. Certains considèrent que l’application du système des sukuks islamiques est une méthode réussie et garantie en tant qu’alternative aux titres, aux bons de trésor et aux emprunts obligataires, ce qui ne manquera pas d’aider le pays à sortir de la crise économique et de pallier le déficit budgétaire de l’Etat.

L’agence de notation Standard&Poors avait prévu, dans son rapport du mois de septembre 2012, que le volume d’émission des sukuks islamiques atteindra un volume de 100 milliards de dollars destinés, essentiellement, au financement des projets d’infrastructure.

Selon le même rapport, le volume des actifs islamiques dans le monde va enregistrer un taux de croissance de 20 % par an durant la période allant de 2011 à 2015 à l’heure où le volume des transactions islamiques en Tunisie ne dépasse pas 2,5% des actifs du secteur bancaire.

Ezzeddine Saidene, économiste avait indiqué, dans une déclaration que le démarrage de l’application de ce type de financement va prendre des semaines et des mois car il dépendra de l’adoption de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) des lois qui y sont spécifiques.

vous pourriez aussi aimer

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy