BVMT: Baisse de 90% des investissements étrangers après 5 ans

bourse tunisie2«La valeur des achats de titres cotés en bourse, par les investisseurs étrangers, n’a pas dépassé, jusqu’à fin août 2013, 61 millions de dinars (MD), contre 610 MD en 2008, année marquée, pourtant, par la crise financière mondiale” a indiqué Raouf Boudabous, Conseiller auprès de la direction générale, chargé du développement à la Bourse des valeurs mobilières de Tunis (BVMT).

Les investissements étrangers sur le marché financier ont baissé durant trois années successives. Cette régression s’est accentuée à 45%, fin août 2013, alors qu’elle a été de l’ordre de 21% en 2011 et 25% en 2012.

Dans une interview accordée à la TAP, M.Boudabous a expliqué la baisse des transactions effectuées par les étrangers, au cours de l’année 2013, par la dégradation des indicateurs économiques qui ont affecté négativement, l’activité du marché boursier. «La réticence des investisseurs étrangers s’est aggravée, au cours du mois d’août 2013, à cause de la poursuite de la crise politique et de l’instabilité sécuritaire qui règne dans le pays et ce malgré l’introduction d’ores et déja, de 8 nouvelles sociétés, en bourse.

En outre, près de 6 sociétés préparent leur introduction sur la cote de la bourse, d’ici fin 2013, dont Best Lease, Sotemail, Cellcom et City Cars (concessionnaire officiel KIA en Tunisie)”, a t-il fait savoir.

La dévaluation du dinar tunisien par rapport aux devises étrangères a eu aussi, d’après lui, un grand impact sur le rendement des investisseurs étrangers en bourse. En effet, durant les trois dernières années, l’indice Tunindex de la BVMT a baissé de 10% (en dinar), de 21% (en euro) et de 22% (en dollar).

Réduction de l’attractivité du marché financier tunisien

De même, l’attractivité du marché financier tunisien s’est encore, réduite, a précisé M.Boudabous, suite à l’imposition en janvier 2011, de la plus value sur la vente d’actions, alors qu’auparavent, les dividendes distribuées par les sociétés cotées en bourse, étaient totalement exonérées.

Par ailleurs, “les investisseurs étrangers ont participé à hauteur de 22% à la capitalisation boursière, à fin Août 2013, pour une valeur de 3130 MD.

Cette participation demeure en grande partie stratégique et prend surtout la forme de partenariat technique alors que la capitalisation étrangère flottante ne dépasse pas 3%”, a t-il fait remarquer. Ainsi, l’attraction davantage de capitaux étrangers demeure un grand défi à relever pour le marché financier, surtout que le pays connait une crise de la liquidité bancaire.

“Nous nous attendons à voir le rythme des émissions d’actions sur le marché primaire s’accélérer, à l’occasion des nouvelles introductions, au cours du dernier trimestre 2013 et durant l’année 2014, en raison de l’importance des besoins financiers des sociétés financières cotées en bourse dont les banques, les sociétés de leasing ainsi que des sociétés privées”, a indiqué M.Boudabous. Selon lui, “l’afflux des investisseurs étrangers à la bourse de Tunis est conditionnée par le rétablissement des fondamentaux de l’économie tunisienne et par le regain de la stabilité politique et sécuritaire”.

vous pourriez aussi aimer

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy