Plumes économiques
Plumes Economiques

Culture du Colza constitue une alternative pour les cultures en alternance

0

Culture du Colza constitue une alternative pour les cultures en alternance

« Le Colza  constituera  une alternative pour les cultures en alternance, d’autant plus que son introduction en Tunisie sera faite dans le cadre de contrats de production avec la société « Carthage graine » spécialisée dans l’industrialisation des huiles végétales.

D’après Oussama Khriji, directeur général de l’Institut National des Grandes Cultures, cette culture connait aujourd’hui une prolifération dans le monde, compte tenu de son importance dans la production  de l’huile végétale et les protéines végétales (éléments essentiels dans l’industrie des fourrages).

Il a avancé quelques chiffres sur la culture de colza en Tunisie dont la superficie s’élève à 7720 ha au cours, de la saison 2018/2019 contre 460 ha pendant la saison 2014/2015.

L’objectif recherché est d’atteindre une superficie de 150 mille ha dans l’avenir sur une superficie totale de 1,2 million d’hectares consacrée à la céréaliculture, a-t-il encore indiqué.

Lors d’une conférence de presse consacrée jeudi à la présentation  du programme de promotion des semences européennes de Colza, en Tunisie, Khriji a estimé que l’introduction du Colza parmi les cultures en alternance permettra de nettoyer le sol des résidus et d’assurer la pérennité des grandes cultures, outre la fertilité du sol qui fait défaut à cause du suivi des mêmes cultures sur les mêmes sols durant toutes les saisons.

Il a précisé que ce type de cultures peut améliorer la productivité des céréales et fournir des huiles et des protéines végétales consacrées à l’industrialisation des fourrages en faveur du marché local.

Le responsable a affirmé que le colza dont la Tunisie prévoit l’importation pour cette saison n’est pas génétiquement modifié (OGM).

Le directeur de l’Association pour le Développement à l’International des filières Oléo-protéineuses  (Agropol) Geynaïl Lu Guilo, a souligné que les lois et les normes européennes régissant ce domaine, interdisent l’exploitation des OGM. Les experts ont, à cet égard appelé au contrôle des intrus et des semences de colza importées.

La promotion des semences de Colza européens en Tunisie s’inscrit dans le cadre d’un programme, baptisé « Maghreb Oléagineux », qui cible également le Maroc (culture des tournesols) et vise, entre autre, la Tunisie (culture du Colza), en se basant sur des semences d’origine européenne pour  accroître la production locale en la matière.

Ce programme s’inscrit également dans le cadre de la coopération entre le ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, l’Institut Français technique, pour les professionnels du Colza (Terres Univia) et l’Union Européenne.

Un programme similaire a été lancé en 2017 pour développer la culture du Colza entièrement tunisien, sachant que cette, culture a été lancé, en Tunisie en 2014.

Il cible 100 agriculteurs exerçant sur 3 mille ha (une plateforme d’expérimentation).

Il convient de rappeler que les besoins de la Tunisie en matière d’huiles végétales sont estimés à 300 tonnes avec 400 mille tonnes des protéines végétales destinés à l’industrialisation des fourrages.

Lire aussi:

Leave A Reply

Your email address will not be published.