Plumes économiques
Plumes Economiques

Secteur de l’Huile d’olive : 320 mille producteurs et 16 unités de raffinage

0

Secteur de l’Huile d’olive : 320 mille producteurs et 16 unités de raffinage

C’est au siège de l’UTICA (Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat) que la Chambre syndicale des Exportateurs d’Huile d’olive de Tunisie a tenu une conférence de presse ce jeudi après-midi, 16 janvier 2020, en présence des représentants des autres Chambres concernées, celle des pressoirs, celle d’emballage, celle des raffineurs et autres intervenants, et ce, afin de mettre la lumière sur les derniers développements de la situation au sujet de ce produit qui enregistre cette année un record de production, de son coût, des conditions de son exportation et des rumeurs qui ont émané d’ici et de là sur le rôle de ladite Chambre dans une supposée crise touchant le producteur en premier lieu.

Secteur de l’Huile d'olive : 320 mille producteurs et 16 unités de raffinagePrenant la parole, M. Chiheb Slama, Président de la Chambre syndicale nationale des exportateurs d’huile d’olive de Tunisie, a donné tout d’abord aux présents divers chiffres sur le secteur qui compte 320 mille producteurs, 1674 pressoirs d’huile, 16 unités de raffinage de l’huile, 80 unités de mise en bouteille, 200 exportateurs dont 70 dans l’huile empaquetée à destination de 54 marchés internationaux, mettant l’accent sur la crise au niveau des prix, qui est en rapport avec la concurrence au niveau international et la loi de l’offre et de la demande, régissant les transactions dans le secteur en question et que la marge bénéficiaire des exportateurs ne dépassant pas les 2 ou 3%.

Chiheb Slama a ajouté que le secteur engendre de nombreuses activités parallèles en rapport avec le produit de base, l’olive, comme la margine produisant de la nourriture pour bétail et de l’énergie, le savon et certains détergents, en plus de multiples dérivés.

Secteur de l’Huile d'olive : 320 mille producteurs et 16 unités de raffinagePar ailleurs, ce secteur n’a connu sa libéralisation qu’à partir de 1995, a précisé l’orateur, et que le secteur de l’exportation était au début en vrac avant que des industriels ne se lancent dans l’exportation de l’huile empaquetée, se trouvant face à la concurrence étrangère dont certains acteurs tiennent à déclassifier notre huile pour promouvoir leur produit, sachant que 71% de l’huile exportée actuellement vers l’Europe est en vrac et que 83% de celle empaquetée est exportée hors de l’Europe, ce continent restant tout de même le plus grand consommateur de notre huile, à hauteur de 56.700 tonnes, bien qu’il compte parmi ses pays de grands producteurs d’huile d’olive, à l’instar de l’Espagne, de l’Italie, de la Grèce et du Portugal.

Pour les autres représentants des Chambres concernées, la crise touche d’autre part au coût de la prospection de marchés, à celui de l’exportation, l’Etat en ayant le monopole à destination de l’Europe par exemple qui, pour cette saison a demandé pas moins de 2,8 millions de tonnes d’huile d’olive, une quantité égale à dix fois notre production nationale, les différents intervenants appelant à sa libéralisation afin de répondre à une demande sans cesse croissante.

Secteur de l’Huile d'olive : 320 mille producteurs et 16 unités de raffinageQuant aux solutions préconisées, elles touchent essentiellement au stockage stratégique qui ne peut qu’agir sur les prix, à accorder une prime d’emmagasinage afin de réduire l’offre et mettre en place des mécanismes dans le but de réguler le marché, le but final étant loin de porter atteinte aux intérêts des agriculteurs mais de mieux organiser le secteur et de le maîtriser localement pour parvenir à faire face à la concurrence des autres pays.

Lire aussi:

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Plumes Economiques