Plumes économiques
Plumes Economiques

Premier colloque sur la gouvernance et la lutte contre la corruption

0

Premier colloque sur la gouvernance et la lutte contre la corruption

Les différents axes et principes  de la stratégie nationale de  lutte contre la corruption ont été exposés, vendredi à Tunis, lors du premier colloque sur la bonne  gouvernance et la lutte contre la corruption, afin de sensibiliser les  cadres et agents du ministère de la formation professionnelle et de l’emploi à lutter contre ce phénomène.

Cette rencontre tenue, sur le thème « principes et mécanismes de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption », s’inscrit   dans le cadre de la mise en application de l’accord de partenariat conclu entre l’instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) et le ministère de la formation professionnelle et de l’emploi.

Le ministre de la formation professionnelle et de l’emploi, Faouzi Abderrahmane a souligné l’importance de cet accord compte tenu de la spécificité de l’activité du ministère et de ses différentes structures, appelant à en tirer profit afin de faire face au phénomène de la corruption.

Le ministère œuvre, a-t-il dit, à consacrer la culture de la bonne gouvernance et à lutter contre la corruption à travers l’appui des cellules de la gouvernance et des structures de contrôle et d’inspection relevant du ministère, a-t-il affirmé.

Il s’agit, a-t-il ajouté, de mieux exploiter les rapports intérieurs d’inspection relevant du ministère, de sanctionner les cadres corrompus et de publier tous les concours de recrutement à la fonction publique afin de garantir plus de transparence et d’égalité des chances entre les demandeurs d’emploi. Le ministre a incité, aussi, à simplifier les procédures au profit des citoyens pour assurer plus de transparence.

Le partenariat entre le ministère et l’instance permettra, a-t-il encore dit, de faciliter l’accès à l’information et d’appuyer l’égalité entre les citoyens sans aucune discrimination.

De son côté, Chawki Tabib, président de l’INLUCC a précisé qu’une équipe de travail commune avec le ministère de la formation professionnelle et de l’emploi a été créée afin de suivre la mise en œuvre de l’accord conclu dans ce cadre.

L’action de cette équipe est axée sur  trois volets essentiels à savoir la connaissance du cadre législatif, le traitement des dossiers adressés à l’instance et l’installation de modèles de transparence au sein du ministère, a-t-il  expliqué.

Selon le président de l’INLUCC, treize accords similaires ont été conclus avec treize ministères en vue d’instaurer la culture de la bonne gouvernance et de renforcer la lutte contre la corruption au sein de ces départements.

La conseillère juridique à l’instance, Rim Gmati a, pour sa part, passé en revue les objectifs de la stratégie nationale de lutte contre la corruption mise en place en décembre 2016, citant, notamment, le renforcement des compétences et l’installation de mécanismes de coordination, de suivi, et d’évaluation.

Leave A Reply

Your email address will not be published.