Plumes économiques
Plumes Economiques

La CEA, Smart Africa et Future State lancent une initiative de leadership en matière de données en Afrique

0

La CEA, Smart Africa et Future State lancent une initiative de leadership en matière de données en Afrique

La Commission économique pour l’Afrique a tiré la sonnette d’alarme sur la gouvernance des données ce mardi en lançant conjointement l’Initiative sur le leadership des données en Afrique (ADLI) avec Future State et Smart Africa, créant un espace sûr pour les décideurs, les experts en droits numériques et les entrepreneurs pour apprendre ensemble.

L’ADLI est un réseau de pairs conçu pour et par les décideurs africains, les défenseurs des droits des consommateurs et les parties prenantes du secteur privé afin de garantir que l’économie des données favorise une croissance équitable et le progrès social à travers le continent.

Le partenariat tripartite crée un réseau d’apprentissage et d’échange entre pairs dans la poursuite de trois objectifs connexes et interdépendants :

Créer un « espace sûr » dynamique dans lequel les décideurs africains, les experts en droits numériques et les entrepreneurs peuvent apprendre ensemble et les uns des autres, résoudre les problèmes ensemble et partager leurs expériences ;

Construire une base d’expertise solide à travers le continent pour libérer en toute sécurité la valeur des données pour la prospérité et le progrès social ; et

Contribuer à des initiatives plus larges telles que le cadre dirigé par l’Union africaine pour un programme de gouvernance des données en Afrique afin d’élaborer une politique de données complète pour le continent.

En tirant parti des plates-formes existantes de Smart Africa et de la CEA, les organisations feront la promotion du réseau de pairs parmi leurs mandants et solliciteront des contributions aux questions de gouvernance des données interrogées via le réseau de pairs.

Dans ses remarques lors du lancement, la Secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, déclare que l’ADLI est une autre pierre de l’édifice consistant à essayer de faire avancer la transformation des données et des TIC sur le continent.

« Si nous ne trouvons pas les moyens de combler les écarts d’inégalité sur notre continent, nous nous retrouverons avec une société encore plus inégale, instable et capable de déclencher des troubles politiques et civils compromettant ainsi la relance », dit-elle en référence à la pandémie de nouveau coronavirus en cours.

Mme Songwe déclare que les TIC et la transformation numérique sont l’affaire de tous et que la création de valeur qui existe dans le secteur des TIC est cruciale pour la création de richesses et une Afrique plus prospère.

« Pour rattraper le reste du monde et ne laisser personne pour compte, nous devons investir rapidement, plus rapidement et à grande échelle dans les infrastructures, en particulier dans la technologie numérique », précise-t-elle, ajoutant que les TIC et la transformation numérique sont l’affaire de tous.

« Les ministres des TIC peuvent être les gardiens, mais nous avons besoin de tous les acteurs – la santé, l’éducation, le secteur privé et la société civile pour générer de la valeur », ajoute-t-elle.

Mme Amani Abou-Zeid, Commissaire aux infrastructures et à l’énergie, à la Commission de l’Union africaine (CUA), déclare que depuis 2015, la CUA et la CEA ont co-organisé des réunions de haut niveau sur les données qui ont montré à quel point des données précises et opportunes peuvent aider à relever les défis socio-économiques du continent.

« Nos yeux sont rivés sur la manière dont nous nous relançons mieux et plus intelligemment à la suite du COVID-19 et la technologie nous aidera certainement à y parvenir », dit-elle, ajoutant que la sûreté et la sécurité sont cruciales à l’avenir pour garantir que les données de l’Afrique ne soient pas abusées.

Jean-Philbert Nsengimana de Future State, quant à lui, déclare : « Chez Future State, nous pensons qu’un cadre de gouvernance des données équilibré doit répondre à un certain nombre de questions, y compris la participation. Il s’agit de ne laisser personne pour compte en matière d’opportunités et de prospérité promises par l’économie des données ».

L’économie des données, dit-il, est un paysage concurrentiel qui prospère en offrant aux gens un choix maximal, ajoutant la confiance qui se construit par l’ouverture, la transparence, la responsabilité, la sûreté et la sécurité est également cruciale dans ce domaine.

Pour sa part, Lacina Koné, Directeur général et PDG de Smart Africa, déclare que dans les économies émergentes d’Afrique, la protection des données est cruciale et doit commencer par la construction d’infrastructures sécurisées.

Il indique que l’accès à des données fiables et précises est vital pour le développement du continent.

« Afin d’augmenter l’utilisation et la valeur dérivées des données, les capacités à utiliser intelligemment les données disponibles doivent être renforcées sur le continent africain à la fois dans les secteurs public et privé. Les infrastructures pour cette circulation de données doivent être développées », affirme M. Koné.

SMART Africa est un engagement audacieux et innovant des chefs d’État et de gouvernement africains visant à accélérer le développement socio-économique durable sur le continent, en introduisant l’Afrique dans une économie du savoir grâce à un accès abordable au haut débit et à l’utilisation des Technologies de l’information et des communications (TIC).

Future State est une initiative neutre et à but non lucratif de la Fondation des Nations Unies qui entreprend des recherches à fort impact et facilite les transformations nécessaires pour que tous puissent bénéficier de l’économie des données. Elle défend les droits et les aspirations des personnes à l’ère du numérique.

Lire aussi:

Leave A Reply

Your email address will not be published.


CAPTCHA Image
Play CAPTCHA Audio
[ Different Image ]
Plumes Economiques