Plumes économiques
Plumes Economiques

Thermalisme et Hydrothérapie : L’ONTH lance son protocole sanitaire pour éviter la propagation du COVID-19

0

Thermalisme et Hydrothérapie : L’ONTH lance son protocole sanitaire pour éviter la propagation du COVID-19

L’Office National du Thermalisme et de l’Hydrothérapie (ONTH) vient de lancer son protocole sanitaire, lequel décrit les règles d’hygiènes et de sécurité sanitaire à respecter par les unités concernées du secteur, depuis l’accueil du curiste et personnel jusqu’à leur sortie du centre; Objectif : éviter le risque de la propagation de pandémie du COVID-19.

Ce protocole, qui s’applique aux centres de thalassothérapie, centres SPA et aux stations thermales, comprend plusieurs volets se rapportant aux mesures de prévention destinées aux curistes, au personnel des établissements, et aux produits utilisés (eau, la boue et produits esthétiques).

Ainsi, le protocole exige de réduire le nombre de curiste à 50% de la capacité de l’établissement, de suspendre le service hammam, piscine, parcours phlébologique, jacuzzi ou bassin familial.

Il souligne, également, l’impératif de mobiliser des agents d’accueil au niveau des points d’entrée de l’établissement pour le prélèvement de température (du personnel et des curistes) et de mettre  à la disposition du personnel et des curistes, les moyens de protection individuelles (masques, gants, coiffes, sur chausses, gel hydro-alcoolique, sur blouses …)en quantité suffisante.

Il stipule, aussi, de respecter une distance de protection sanitaire d’au moins 1 mètre entre le curiste et le personnel soignant; de se limiter à la présence d’un seul curiste par cabine, de désinfecter systématiquement les locaux et le matériel de soin entre deux curistes, en insistant sur les sols et surfaces, les bains et les  douches à jet…

Il appelle, en outre, à privilégier les draps jetables pour les soins secs et la tisanerie ; à espacer les transats et à suspendre les cours collectifs au niveau de la salle de sport. 

De son côté, le personnel doit respecter les mesures de sécurité, dès son arrivée à l’établissement, notamment la mesure de la température, la désinfection des mains par gel hydro-alcoolique et le port de masque chirurgical et de sur chausses tout au long des heures de travail.

Par ailleurs, l’ensemble du personnel est appelé à utiliser le téléphone ou le mailing pour tout échange d’informations; à éviter les rassemblements de plus que de 3 personnes dans un lieu fermé, et pas  plus que 2 personnes dans les ascenseurs. 

« En cas de symptômes évocateurs COVID-1 survenant chez un employé sur les lieux de travail, il faut mettre en œuvre les mesures nécessaires », à savoir isoler l’employé concerné, appeler le 190 et alerter la direction régionale de la santé, informer les personnes en contact avec lui, afin qu’ils soient vigilants à l’apparition d’éventuels symptômes et prévoir une procédure formalisée de nettoyage des locaux où a séjourné la personne contaminée.

Selon le protocole, il est indispensable de renforcer l’entretien régulier du réseau de l’eau et des analyses microbiologiques et physico-chimiques au niveau des points critiques, ainsi que le traitement obligatoire des eaux de mer rejetée. 

Il est impératif, aussi, de se restreindre à l’usage de la boue industrialisée et de mettre en place des procédures de désinfection du matériel esthétique après chaque curiste.

L’ONTH a noté, finalement, que la reprise orientée des activités des établissements d’hydrothérapie est conditionnée par la mise en œuvre préalable de l’ensemble de ces mesures.

Lire aussi:

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Plumes Economiques